Historique

Un bref historique de l’Association canadienne droit et société
rédigé par W. Wesley Pue*
le 3 août 2009

Deux forces ont concouru, au début des années 80, à la création de l’Association canadienne droit et société.

La première de ces forces était la participation d’universitaires canadiens au travail de l’organisme américain « Law and Society Association ». La seconde était l’effervescence intellectuelle de l’époque dans tout le Canada. L’enseignement socio-juridique constituait depuis un certain temps une part importante des programmes de premier cycle de la Carleton University et de l’Université York, et les facultés de droit avaient elles aussi évolué dans les années 70 pour timidement adopter une orientation interdisciplinaire. Ces forces vives ont convergé au début des années 80. À la fois produit et élan de cette effervescence intellectuelle centrée sur le droit, le rapport Arthurs, publié en 1983 par le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada sous le titre Law and Learning a marqué un nouveau début pour les études juridiques canadiennes.

Tirant parti de la conférence de l’association américaine Law and Society Association (LSA) à Toronto en 1982, Harry Arthurs, John Hagan et Fred Zemans assemblèrent un groupe de professeurs de droit canadiens et de spécialistes en sciences sociales pour discuter de la formation d’un mouvement canadien dédié à l’avancement de l’interdisciplinarité des études juridiques et socio-juridiques. De nombreux Canadiens participaient de fait depuis longtemps au travail de la LSA, y jouant un rôle central, et la première réunion traita principalement de procédure.

De nombreux participants, comme Carl Baar, Ellen Baar, John McLaren, Peter Russell, allaient devenir des piliers dans le domaine socio-juridique canadien. Mark Galanter et d’autres collègues américains demandèrent qu’une société savante canadienne soit créée pour promouvoir la recherche et l’art professoral dans le domaine socio-juridique au Canada.

L’année où l’ouvrage Law and Learning fut publié (1983), une deuxième réunion eut lieu, plus officielle cette fois, à l’initiative de Ellen Baar et Jane Banfield, à l’occasion de la conférence annuelle des sociétés savantes (connues en anglais sous le nom des « Learneds », et qui deviendra ensuite le Congrès des sciences humaines) à Vancouver. On y présenta des communications et on entreprit des démarches pour que le domaine socio-juridique soit représenté chaque année à la conférence des sociétés savantes. Cela nécessitait l’existence d’un type d’organisation qui puisse être reconnue de l’association canadienne des sociétés savantes.

Next "Débuts"

* L’historique des institutions tire son origine, en fin de compte, de la mémoire collective. Je dois ma reconnaissance aux souvenirs et aux renseignements que m’ont fournis les piliers de l’ACDS et notamment Claude Thomasset, Harry Arthurs, Fred Zemans, Carl Baar, Peter Russell, John McLaren, Lou Knafla, Jane Banfield, et Russell Smandych. Debra Parkes m’a fourni les derniers éléments de l’historique pour la période allant de 2002 à 2009.